About This Publication

The issue begins by announcing Napoleon Bonaparte’s ex-communication from the Catholic Church, per the orders of Pope Pius VII. Because the pope had himself been captured and jailed by French forces, this papal decree is simultaneously acknowledged to be “powerless,” however. In happier news emanating from the State of Hayti itself, the arrival of British Vice-Admiral Thomas Goodall in a frigate called, “L’Haytienne,” is reported. Goodall, called a “brave mariner, whose devotion and service to our cause makes him worthy of such a title,” evidently attended a celebration at the palace given in his honor.

*Provenance:  Beinecke Rare Book and Manuscript Library at Yale University

(p. 29 of Microfilm)

 

(  N u m é r o   47.  )

 

GAZETTE OFFICIELLE

de

L’ É T A T   D ’ H A Y T I ,

Du  J e u d i   23  Novembre 1809 , l’an sixième de l’indépendance.

                                                                             

Chaque Peuple , à son tour , a brillé sur la terre.

Voltaire , Mahomet.

                                                                                                                   

L  O  N  D  R  E  S.

L E  protêt de sa sainteté Pie VII et l’excommunication fulminée par ce pontife contre Buonaparté, que nous donnons ci-après , sont des pièces très-remarquables et très-importantes , malgré l’impuissance apparente de l’autorité dont elles émanent.

P R O T E S T A T I O N.

Pie VII , pontife , les desseins ténébreux conçus par les ennemis du Saint – Siége Apostolique, sont enfin accomplis.

Après avoir été dépossédés avec violence et iniquité de la plus belle et la plus grande portion de nos états , nous nous sommes vus dépouillés , sous d’indignes prétextes, et avec une criante injustice , de notre souveraineté temporelle , à laquelle notre indépendance spirituelle est intimement unie. Au milieu de cette cruelle persécution , nous trouvons de la consolation à songer que nous endurons cette grande calamité , non pour avoir offensé l’empereur ou la France, qui a toujours été l’objet de notre tendre sollicitude paternelle , non par aucun intrigue de politique mondaine , mais par notre répugnance à trahir nos devoirs.

Plaire aux hommes et déplaire à Dieu , c’est ce qui n’est pas permis à quiconque professe la religion catholique , et moins encore à son chef et propagateur.

Comme nous devons , en outre , à Dieu et à l’église de transmettre nos droits entiers et intacts, nous protestons contre cette nouvelle spoliation violente , et la déclarons nulle et de nul effet.

Nous refusons , avec la plus ferme résolution , tout traitement que l’empereur des français peut avoir l’intention de nous assigner , ainsi qu’aux individus qui composent notre collége.

Nous nous couvririons tous d’ignomie , en face de l’église , si nous attendions notre subsistance du pouvoir de celui qui usurpe son autorité.

Nous nous confions entièrement en la providence et en l’affection des fidèles , et nous nous contenterons de terminer avec piété la douloureuse carrière de nos tristes jours.

Nous adorons avec une profond humilité les impénétrables décrets de Dieu ; nous implorons sa miséricorde pour nos bon sujets , qui seront à jamais notre joie et notre couronne ; et après avoir fait ce

 

[    186    ]

 

voirs exigent de nous dans cette la plus dure , nous les exhortons  [missing words] ver toujours intactes la religion et [missing words] et à se réunir à nous , afin de con- [missing words] er avec des soupirs et des larmes , tant dans le secret qu’au pied des autels , suprême auteur de la lumière , de daigner confondre les vils projets de nos persécuteurs.

Donné dans notre palais apostolique du Quirinal , le 10 Juin 1809.

      Locus Signi  P I U S   V I I , pape.

                                                           

E X C O M M U N I C A T I O N.

Pie VII , pontife , par l’autorité du Dieu Tout – Puissant , et de saint Pierre et de saint Paul , nous déclarons que vous et tous vos coopérateurs dans l’acte de violence que vous commettez , avez encouru la même excomunication , que nous avons déclaré , par nos lettres apostoliques, affichées dans les endroits accoutumés en cette ville , avoir été encourue par tous ceux qui , lors de la violente invasion de cette ville , le  Février de l’année dernière, se sont rendus coupables d’actes de violence , contre lesquels nos avons protesté , dans plusieurs déclarations rendues par notre ordre , par nos secrétaires d’état successifs , ainsi que dans deux allocutions consistoriales , des 16 Mars et 11  Juillet 1808 , en commun avec tous vos agens , fauteurs et conseillers , et toute autre personne qui a aidé ou pris part à l’exécution de ces attentats.

Locus Signi  P I U S   V I I , pape.

            Extrait de l’Ambigu.

                                                                                                                                                           

E T A T   D ’ H A Y T I.

Ordre général de l’Armée.

Du Lundi 13 Novembre.

L’armée est prévenue de l‘arrivée de S. E. le vice – amiral Thomas Goodall , avec une superbe frégate , qui a été nommée l’Haytienne.

L’organisation de la Marine a ocupé S. A. S. Monseigneur le Président ; voici les promotions que S. A. S. a jugé à propos de faire.

ContreAmiraux. Bastien Jean-Baptiste et Pierre Saint-Jean.

Chefs de Division. Bastien Fabien et Cadet Antoine.

Capitaines de Vaisseaux. Villarceaux , Charlemagne et Spalding.

Capitaines de Frégates. Pierre Labarriere , Pierre Bury , Cadet Roussel , Pierre-Louis Gardon , Jean-François Champain , Hilaire Lebrun , Michel Desbrosses , Thomas Chauvat , Tinty, Jean Raimond , Bonhomme Bayne , Cadet Moreau.

Lieutenans de Vaisseaux. Lacroix, Alexandre , Julien Cocoyer , Jean-Jaques , Saint-Cyr , Duplessis , Emeville Letang , Henry Labadou, Jean-Pierre Hector , Chéri Olivier , Petit Louis , Coco Laboulaie , Jean-Baptiste Leconte, Antoine Phillippe, Toussaint, Laurent-Baptiste et Jean-Louis Petion.

Enseignes de Vaisseaux. Jean-Baptiste Augustin , Sévere , Charles César , Jeantaux , Bijou , Garçon , Sanon , Auguste , Lejeune , Fidelle , Nelson Artaud , Jean – Louis Portugais, Joseph Bonami , Février , Pierre Télémaque , Charles Abraham , Philippe Villatte , Saint-Yague Calabre , Toussaint , Maréchal Jallard , Silvestre Chauvet , Albert , Maurice et Hilaire.

Gaspard , commissaire de marine.

Saint-Victor , sous-commissaire.

Julien Moreau , Rozier , Edouard Rouffilier , Stimphale Bacquet , aides commissaires.

Bonnami Champonnon , officier de santé de 1ere classe.

John Harrington et Jean – Louis , de 2e classe.

 

[    187    ]

Makajou , François et Paul, de 3e classe.

Martin Bacqué , Augustin Chaoux et Tellier , ont été nommés lieutenans d’artillerie , détachés à bord des bâtimens de l’Etat.

A S S I M I L A T I O N.

Le vice – amiral Goodall , au grade de lieutenant général .

Les contre – amiraux , au grade de maréchaux de camp.

Les chefs de division , au grade de brigadiers des armées.

Les capitaines de vaisseaux , au grade de colonels.

Les capitaines de frégates , au grade de lieutenans-colonels.

Les lieutenans de vaisseaux , au grade de capitaine d’infanterie.

Les enseignes de vaisseaux , au grade de lieutenans d’infanterie.

Le commissaire de marine, au grade de lieutenant-colonel.

Le sous-commssaire , au grade de capitaine d’infanterie.

Les aides commissaires , au grade de sous lieutenans d’infanterie.

L’officier de santé de 1ere classe , au grade de lieutenant-colonel.

Ceux de 2e classe , au grade de capitanes d’infanterie.

Ceux de 3e classe, au grade de sous-lieutenans d’infanterie.

Il est ordonné auxdits Officiers de se revêtir des décorations affectées à leur grade.

Fait au quartier général du Cap , le 13 Novembre 1809 , l’an sixième.

Le Chef de l’Etat major général,

P. R O M A I N.

Vu et approuvé pour être imprimé ,

H E N R Y   C H R I S T O P H E.

                                                           

 

Du Cap , le 22 Novembre.

S. A. S. Monseignur le Président , notre très-grâcieux Souverain , a réuni , le 12 de ce mois , en son palais , le beau corps d’officiers de la marine , à la tête duquel on distinguait S. E. le vice-amiral Goodall , ce brave marin , qui , par son dévouement à notre cause et ses services , a mérité, à si juste titre , d’être compté au nombre des officiers supérieurs qu’Hayti révère.

Tous les corp civils , administratifs et militaires , dans la tenue la plus respectable , et les principaux négocians , tant étrangers qu’haytiens , offrant un ensemble aussi modeste qu’imposant , ont assisté à ce repas splendide , où la joyeuse reconnaissance des enfans le disputait à la tendresse et à la sensibilité de l’auguste père. L’allégresse , les transports que la personne de S. A. S. et ses manières engageantes sont toujours sûres d’inspirer , n’étaient interrompus que par des fanfares et des sons guerriers parfaitement analogues aux circonstances.

Là , la franchise , la décence et la gaieté , admirablement assorties , ont relevé la richesse , l’élégance , la délicatesse et les trésors du festin : en vain la clarté du jour s’était écoulée dans des momens si pleins de charmes , l’éclat subit de cent flambeaux l’eut bientôt remplacée, et vint répandre , dans tous les cœurs , une nouvelle source de jouissance et de délices.

Parmi les diverses santés portées , les suivantes ont éte particulièrement applaudies , et ont produit une vive sensation.

Par S. E. le lieutenant – général Paul Romain , à sa très-grâcieuse A. S. Monseigneur le Président ; puisse – t – il vivre long-temps pour le bonheur des haytiens!

 

[    188    ]

[As on page 186, the text here is crooked; the lines are mismatched and do not fit together. The original page has what looks like a shadow or a tear dividing the lines on the left, which are actually from the top of page 184, from those on the right, which are what’s left of page 188. The lines and fragments almost run into each other but do not match exactly — some are a little higher or lower — so I’ve left a few extra spaces between the fragments than actually exists to mimic that line of demarcation]:

 

d’autre ,

ou à m      M le Commissaire général du Gou-

L’ar      ment, à sa très-grâcieuse A. S. Ma-

de 8      e la Présidente d’Hayti et à son auguste

off    mille ; puisse – t – elle servir de modèle

aux épouses et mères de familles !

Par S. E. le lieutenant – général Paul Romain , à S. M. Britannique !

Par S. E. le lieutenant – général Noël Joachim , à la gloire et à la prospérité de l’indépendance d’Hayti !

Par le brigadier des armées Sicard, grand maître de céremonies du palais , aux succès de la marine d’Hayti !

Par le brigadier des armées Thabart , aux Généraux , Officiers , Sous Officiers et Soldats de l’armée d’Hayti , et à la gloire de leurs armes !

Par le brigadier des armées Simon , aux Mânes du vertueux gouverneur Toussaint Louverture!

Par S. E. M. le Préfet apostolique , à la prospéritié de la Culture et du Commerce d’Hayti !

Par M. Mathieu Obrien , négociant étranger , aux trois grands hommes du siècle , S. M. Britannique , M. Madison , président des Etats-Unis , et S. A. S. Monseigneur le Président d’Hayti !

Par S. E. le Vice-Amiral , à M. Flesher , à Londres !

                                                           

 

Les bâtimens de guerre ci – après sont sortis de ce port le 15 de ce mois pour reprendre leur croisière.

L’Haytienne , Goodall, Vice-amiral.

Le Lord Mulgrave , Bastien Jean-Baptiste , contre-amiral.

Le Poudroyant , Cadet, chef de division.

La Surprise , Villarceaux.

Le Général Magny , Charlemagne.

Le Général Jason , Espalding.

Le Général Romain, Michel.

Le cutter le Sénégalais , Hilaire.

Nous devons attendre , à tout moment , des nouvelles interessantes de cette expédition ; notre escadre ne manquera pas de tomber sur le butin du révolté Petion , si , comme nous l’avons appris , ce lâche insurgé fait transporter des effects dans le Sud.

                                                           

 

Les dernières nouvelles reçues par des personnes dignes de foi , qui sortent du Port-aux-Crimes , annoncent que tout est en confusion dans cette ville , berceau et siége de la rébellion , plus de cinquante officiers supérieurs y ont été arrêtes ; on cite un général et plusieurs colonels , entre autres Metellus , Gédéon et Mars , colonel inspecteur de la culture. Ces mêmes personnes , sur la véracité desquels ont peut compter , confirment ce que l’on savait déjà des vols publics et attentats qui s’y commettent de jour comme de nuit , au point qu’on n’y est point du tout en sûreté.

Quelques navires qui sont mouillés dans la rade de cette trop criminelle ville , se pourrissent par les vers , en attendant inutilement des denrées pour le complément de leur chargement , qu’ils ne peuvent obtenir ; et cela n’est pas étonnant dans une oligarchie pareille , chacun y pille , l’interêt particulier seul sert de règle aux rebelles.

Les communications de Jacmel aux Port-aux-Crimes et même celles du chemin de Léogane à cette dernière ville ( à l’endroit appellé le morne à Bateau ) sont interceptées par divers partis qui veulent s’affranchir du joug des révoltes. Encore quelques instans les révoltés s’abîmeront et s’écraseront sous leur propre poids ; ce moment si désiré est vivement à souhaiter par les amis de l’ordre de leur pays.

                                                                                                                                                           

A  V  I  S    D  I  V  E  R  S.

  1. M. G o r i n g , négociant anglais , part pour Londres ; il invite ceux à qui il doit de se présenter pour recevoir leur payement , et ceux qui lui doivent de le payer , pour lui éviter le désagrément de les contraindre par la voie de rigueur.
  2. Le Public est prévenu de ne point faire crédit à l’Equipage du navire John , de Londres , capitaine Whitehead.
  3. Le Public est prévenu de ne point faire crédit à l’Equipage de la goëlette Nelson , de Philadelphie , cap. Norton.

                                                                                                                                                           

Au Cap , chez P. Roux, imprimeur de l’Etat.